La vague rugit, puis moutonne…


D’ordinaire, la mer cache ses coups. Elle reste volontiers obscure.
Cette ombre incommensurable garde tout pour elle. Il est très rare que le mystère renonce au secret.
Certes, il y a du monstre dans la catastrophe, mais en quantité inconnue.
La mer est patiente et secrète ; elle se dérobe, elle ne tient pas à divulguer ses actions.
Elle fait un naufrage, et le recouvre ; l’engloutissement est sa pudeur.
La vague est hypocrite ; elle tue, vole, recèle, ignore et sourit.
Elle rugit, puis moutonne…

Victor Hugo, Les Travailleurs de la Mer, Hauteville-House, mars 1886 



LittoralBretagne VivanteRance EnvironnementLes Sauveteurs en Mer